Michel Onfray

L’ordre libertaire, la vie philosophique d’Albert Camus – Flammarion –  595 pages – 22,50 euros

L'ordre libertaire de Michel Onfray

L’ordre libertaire de Michel Onfray

Depuis sa mort, Albert Camus a tout connu. Succès constant en librairie. Rejet de l’intelligentsia. Retour en grâce et célébration démesurée du cinquantenaire de sa disparition… Mais rarement il a été vraiment question de lui, de son œuvre, de ce qu’ils représentent véritablement. Michel Onfray, avec ce livre, est sans doute un des premiers à le faire. En posant le « cas Albert Camus » comme personne ne l’avait fait jusqu’à présent. C’est-à-dire loin de tous les clichés qui, pour diverses raisons, ont collé à la mémoire du prix Nobel 1957.

Albert Camus selon Michel Onfray

La méthode utilisée pour construire ce livre est celle que l’on connaît à Michel Onfray. Il étudie l’œuvre, mais aussi la vie de celui dont il a choisi de parler. Dans le cas d’Albert Camus,  Michel Onfray pose la vie de l’écrivain comme un exemple. D’une part parce qu’il part du principe que la vie de l’auteur de L’étranger est une vie philosophique, et d’autre part parce qu’il établit que sur ce plan, la vie d’Albert Camus est exemplaire. Il est tout à fait nouveau d’envisager Camus  de cette façon. Pour Michel Onfray en effet, Albert  Camus n’a jamais cherché à se montrer autre que ce qu’il était, c’est-à-dire sincère et fidèle à ses engagements et ses racines.

Albert camus dans sa lumière

Ce livre est donc immédiatement orienté de manière à remettre Camus dans sa pleine lumière. Son œuvre et ses racines sont évoquées, mais des aspects des engagements qui ont été le siens et sur lesquels on a jusqu’alors peu insisté, font l’objet de véritables développements. Michel Onfray ne « traite » pas Camus sur le plan politique, mais remet simplement les choses à leur place en évoquant clairement ce qui jusqu’à présent ne l’avait pas été pleinement. Le compagnonnage de Camus avec les anarchistes, ses prises de positions anarcho-syndicalistes notamment, sont souvent au cœur de la réflexion menée par l’auteur. Loin de toutes les idées reçues au sujet de Camus, idées, comme il est également par ailleurs évoqué dans le livre, diffusées par l’intelligentsia d’influence sartrienne, Michel Onfray insiste sur le fait que Camus était en matière de politique le pionnier d’une nouvelle voie.

Albert Camus l’inclassable

Ni à gauche, ni à droite, et par conséquent, ni communiste, ni libérale, il revendiquait la possibilité d’un autre chemin à ouvrir : celui de l’honnêteté et du courage qu’il aura pratiqué jusque dans le journalisme. Insistant sur le fait que l’œuvre et la vie de Camus sont restées à jamais inachevées, il essaie aussi d’imaginer avec intelligence le rôle qu’il aurait pu jouer s’il avait vécu plus longtemps. Pour Michel Onfray, et c’est ce qui est important car c’est bien la connaître et surtout bien l’avoir comprise, l’œuvre de Camus restera à jamais en devenir. Et il est par conséquent difficile de l’évaluer et surtout aberrant de la considérer autrement. Ce livre, facile d’accès malgré quelques tics de langage doit donc être considéré comme un nouveau pas dans la découverte du véritable Albert Camus.

Stéphane Esserbé

Share Button
Ce contenu a été publié dans Biographie, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *