Kumiko Kakehashi

Lettres d’Iwo Jima – Les arènes – 239 pages – 19,80 euros

Lettres d'Iwo Jima

Lettres d’Iwo-Jima

Iwo-Jima, la plus violente bataille du pacifique racontée par les soldats japonais. La matière principale de ce livre est constituée de lettres retrouvées longtemps après les événements sur les lieux même de la bataille. Lettres perdues. Jamais envoyées à leur destinataire au moment des événements…

L’intelligence de ce récit est de ne pas glorifier les quelques 26 000 soldats japonais qui ont laissé leur vie sur cette île. Plus qu’un récit de guerre, ce livre est avant l’histoire d’hommes qui se sont vus sacrifiés en leur âmes et conscience au profit d’une machine devenue folle. La guerre. Et son cortège d’absurdité. La guerre. Ses héros, ses martyrs et ses victimes. En suivant le parcours du chef de ces soldats, c’est, paradoxalement, toute une humanité que l’on arrive à trouver au sein du récit de cette bataille annoncée perdue avant même qu’elle n’ait commencée.

Portrait d’un général

Portrait exhaustif du général Tadamichi Kuribayashi, commandant en chef des forces de l’île, il ne s’agit pas en effet dans ce livre d’en découvrir les principaux faits d’armes, mais d’en percevoir toute l’humanité. Homme instruit et délicat, conscient du caractère suicidaire et sacrificiel de sa mission, il ne s’en révélera pas moins un stratège hors pair qui réussit à faire durer une bataille plus de deux mois alors qu’elle ne devait pas durer plus de 5 jours.

L’humanité en guerre

Toute la réussite de ce livre est là. Evoquer l’horreur sous le prisme de l’humanité d’un homme dont on aurait pu imaginer les bienfaits de l’action dans un contexte différent.
Lettres d’Iwo Jima est avant tout un témoignage. Le témoignage de soldats sacrifiés, dont celui du principal d’entre eux, est tout à la mesure des contradictions dans lesquels l’homme peut se trouver au bénéfice de circonstances historiques qui le dépassent.
Comme beaucoup de livres évoquant l’absurdité de la guerre, ce livre semble poser la question : Comment cela a pu être possible ?

Stéphane Esserbé

Share Button
Ce contenu a été publié dans Document, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Kumiko Kakehashi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *