Maxime Vuillaume

Mes cahiers rouges au temps de la Commune – La Découverte – 702 pages – 27, 50 euros

Maxime Vuillaume

Maxime Vuillaume

Si un seul livre avait dû être écrit au sujet de La Commune de Paris, Mes cahiers rouges au temps de la Commune, dans leur version intégrale, réédités en 2011 aux Editions de la Découverte, sans nul doute, aurait été celui-là.

Ecrit peu après les événements par Maxime Vuillaume, rédacteur au Père Duchêne, l’un des journaux les plus populaires de La Commune, sous la forme de plusieurs cahiers publiés à plusieurs années de distance, ils furent le travail d’une vie et constituent un document de premier ordre tout autant qu’une œuvre littéraire remarquable. Rédigé sur le ton de la chronique, ce livre va en effet en profondeur et dresse un portrait unique de La Commune et de certains de ses principaux personnages. Loin des lieux communs et de l’exaltation, il fait revivre le combat d’hommes et de femmes dont la vie fut à jamais marquée par l’événement. Imposant, il évoque La Commune sous tous ses aspects. Débutant par la dramatique répression subie par les Communards au moment de l’entrée des Versaillais dans Paris, il donne tout de suite la mesure de l’immense crime qu’a constitué cette répression et fait revivre des personnages qui n’en deviennent que trop vivants au fil des pages.

Le vrai visage de la Commune

C’est toute la force de ce livre. Dans un style simple et dépouillé derrière lequel  le narrateur s’efface, c’est l’œuvre qui parvient le mieux à faire revivre les évènements parfois dans leurs moindres détails. Bien des personnages traversent en effet ces pages. Connus ou non, ils permettent de donner un visage à cette révolution si durement réprimée. Des personnages historiques aux simples cantinières, du triomphe de La Commune à son écrasement, ce sont autant de pages qui éclairent sur le déroulement des faits et apprennent beaucoup sur l’état d’esprit qui habitait le mouvement communaliste. S’apparentant en bien des points à une véritable enquête, de nombreux épisodes dramatiques de la Commune sont étudiés avec le souci de toujours s’approcher au mieux de la vérité. Maxime Vuillaume est sincère. Sa démarche est celle de toute une vie. Et l’on comprend bien vite qu’au fil des pages ce livre n’est rien d’autre qu’une référence dans laquelle sont exposés et vérifiés de multiples façons des faits souvent sujets à controverse.

Un document pour l’histoire

La mort de certains personnages historiques de la Commune, les circonstances dans lesquelles furent fusillés les otages des Communards, ou encore celles qui permirent la répression, font l’objet de témoignages approfondis qui confère à l’ouvrage un caractère unique. Jusqu’à la fin de sa vie, Maxime Vuillaume n’a cessé d’enquêter et de retravailler son œuvre, cherchant chaque fois de nouveaux témoignages de survivants parfois livrés dans leur intégralité en annexe dans le présent livre. Ayant lui-même pris part à l’action, Vuillaume, qui a côtoyé tous les grands noms de la Commune, reste toujours modeste, et ne se laisse jamais aller à l’outrance ni à l’excès. Il réalise un travail mesuré qui souligne encore plus le désespoir que fut celui des Communards. En même temps que l’importance de cette révolution. La république, qui en était à ses balbutiements, devait bien malgré elle en avoir beaucoup à apprendre.

Stéphane Esserbé

Share Button
Ce contenu a été publié dans Document, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *